Qui sommes-nous ?

En règle générale, se décrire est l’une des tâches les plus difficiles. Apprendre à se connaître, savoir qui nous sommes est chose ardue.
Cette fois-ci, nous avons pris le parti de nous lancer dans une introspection. Chacun se définira donc comme il se voit avec ses propres mots.
Ici encore la transparence est primordiale et cela commence avec soi-même.

Mehdi – Le hippie moderne idéaliste.

Le sourire accroché aux lèvres je me vois comme quelqu’un de plutôt sage et calme, les personnes me connaissant rigoleront surement en lisant ces premières lignes.
Rêveur depuis le plus jeune âge, je crois en la bienveillance de chaque homme et en l’infinité de ses capacités. Je suis persuadé que les bonnes actions et les pensées positives seront toujours la solution, car même dans les moments difficiles nous apprenons et nous sommes capables de nous surpasser.

Au fond, je dois surement être un hippie moderne vivant dans un monde où je prends plaisir à me questionner.
Toujours positif, parfois trop, cela peut énerver j’en conviens, j’aime partager et voir le bonheur dans les yeux des gens qui m’entourent.
Après une première expérience solo de 1 an dont 3 mois de voyage à vélo en Nouvelle-Zélande, il était temps pour moi de remonter en selle dans ma quête de découverte, d’échange, et de partage.

En parallèle de ce projet, j’ai décidé d’emmener avec moi mon petit frère de 21 ans, Sofiane.
Perdu dans ce monde entre études, attentes de la société, il était temps pour lui de trouver une aventure humaine en toute simplicité. Il pourra avec Julien et moi en apprendre plus sur lui, développer son potentiel dans sa quête du bonheur.

« Pour moi la meilleure réponse de la vie n’a pas de son mais un sourire ».

Julien – Le réaliste généreux

Quelle est la chose la plus importante dans la vie ? Depuis mon plus jeune âge, je me pose cette question sans cesse. A chaque fois, les premières images qui me viennent à l’esprit sont celles de ma famille ainsi que celles de mes amis. Pourquoi ? Tout simplement car le fait de penser à eux me procure un bonheur infini. J’en viens donc toujours à la même conclusion : « si l’humain va, tout va ».

Cartésien dans l’âme, j’aime anticiper les imprévus. Beaucoup diront que je suis une personne très exigeante, avec les gens qui m’entourent mais surtout avec moi-même.  Ne comptant pas mes efforts, j’essaye de me donner les moyens d’atteindre mes ambitions. Je m’efforce dans la vie, de me rappeler ces deux expressions : « je ne crois que ce que je vois » et « quand on veut, on peut ».

J’ai ce besoin d’apprendre chaque jour de nouvelles choses ainsi que ce but d’enseigner ce que j’ai appris aux gens qui m’entourent. Qu’il y a-t-il de plus beau que le bonheur et l’épanouissement personnel que dégage la personne qui vient d’apprendre ?  Le bonheur des gens qui m’entourent contribue très fortement au mien. Vous l’avez sans doute compris, rendre les gens heureux me rend heureux.

Ce sentiment difficile à définir tant il est fort m’envahit à chaque fois que la vie me donne l’occasion de transmettre, de voyager et de franchir une frontière, que ce soit pour la beauté des paysages ou pour la découverte de nouvelles cultures.

Après six mois en Turquie, six mois en Chine, et deux ans et demie d’expérience professionnelle en France, j’ai aujourd’hui ce désir de partir pour l’Amérique du Sud. Le but ? Réaliser mon rêve d’enfance avec pour toile de fond les valeurs de la vie qui me caractérisent : partage, découverte, sport, aventure, aide, accompagnement, dépassement de soi.

Sofiane – L’utopiste indécis

Me décrire en quelques lignes est un exercice difficile. Pour être honnête avec vous j’ai l’impression que mon humeur varie selon les jours ou selon les personnes que je côtoie.

Je peux afficher un grand sourire qui peut s’estomper en quelques instants selon la situation, les émotions et inversement. J’ai moi-même du mal à vous expliquer la raison.

Perdu depuis bien longtemps dans notre société et n’ayant que très peu d’attraits pour ce que j’entreprends au quotidien, je me suis lancé sans grande envie dans plusieurs projets qui n’ont pas abouti. Suite à l’obtention de mon bac, j’ai continué les études par un BTS MUC (Management des Unités Commerciales) qui ne m’a guère intéressé. C’est à ce moment précis que je me suis rendu compte que le système scolaire n’était pas vraiment adapté à mes envies.

Dans le flou le plus total, je me suis renseigné afin de m’engager dans l’armée de terre mais les tests se sont soldés par une invalidité médicale.

Suite à ces échecs je me suis posé de nombreuses questions quant à mes objectifs de vie et mes passions.

C’est à ce moment-là que mon grand frère m’a proposé de partir pour une nouvelle vie à ses côtés. J’ai la volonté, l’intime conviction que cette aventure changera ma vision actuelle de la vie et que j’en sortirai transformé.

 

Léa - L'optimiste bienveillante

En quelques mots, me décrire ? Etre objective sur moi-même est déjà un sacré exercice, je suis plutôt positive, le genre de fille qui ne voit pas où est le problème car il y a toujours une solution. Armée de patience, je ne suis pas du genre à m’énerver facilement. Têtue, ça je l’avoue ou plutôt obstinée, mon objectif est de me lever chaque matin en ayant l’envie de réaliser de belles choses et de me coucher le soir en ayant fait le maximum pour y arriver ! J’en ai d’ailleurs fait une priorité dans mon métier, je suis infirmière. J’aime aider les gens qui m’entourent et pouvoir améliorer leur quotidien. Il peut s’agir d’un simple sourire redonné à quelqu’un, d’une bonne nouvelle annoncée à une famille, être au contact des autres est important pour moi. C’est d’ailleurs auprès des autres qu’on en apprend le plus, sur nous-mêmes et sur le monde qui nous entoure, c’est une force. Ma force à moi ? Mes parents, mon frère, mon chéri, mes ami(e)s, rien n’est plus important, il s’agit là de s’entourer des bonnes personnes.


« Si tu peux le rêver, tu peux le faire »
, j’ai des milliers de rêves plein la tête, parmi eux, voyager et découvrir le monde, d’autres cultures, d’autres horizons. J’ai toujours rêvé de faire un voyage humanitaire, plus ou moins en lien avec mon travail, effectuer une mission était un objectif personnel et professionnel. Voyant Julien partir pour 1 an et demi dans un projet comme celui-ci, j’avais l’envie de le rejoindre sur place lors d’un arrêt humanitaire. Le challenge ici ? Arriver à suivre la cadence de nos 3 athlètes désormais entrainés aux dénivelés impressionnants que leur a offert l’Argentine et la Bolivie.

Dans tous les cas, le principal est de ne pas avoir de regrets, vivre pleinement sa vie, découvrir, partager, rendre heureux les gens qu’on aime et être heureux à notre tour.

« Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une »